Journée aux Cabanes – Récit

23 décembre 2021

Récit d’une maman qui s’est engagée dans le stage ” L’objet de mon histoire” sur la proposition de sa fille .



“Elles sont trois,  c’est déjà dit.
Elles ont dit, raconté, se sont épanchées, ont exécuté ce qui leur était proposé, ont commenté leur réalisation.
Ce qui les rassemble, ce qu’elles ont en commun : elles sont filles, femmes en couple, mères et grand-mères pour les deux plus âgées d’au moins deux décennies.
Leur origine est différente, deux ont vécu l’immigration.
Elles vivent ou ont vécu le sentiment amoureux  mais n’en parlent pas ou peu.
Elles ont vécu l’épreuve et la joie de la maternité ce qui n’est pas exprimé mais émane de leur être.
Elles ont vécu la mort de grands -parents, d un père, d’une mère ou des deux, d’un ou plusieurs frères, mort accidentelle brutale ou pressentie, ont vécu douloureusement ces séparations.
Elles ont vécu et vivent encore l’inquiétude au sujet de la santé des enfants, des petits-enfants, des  relations et des  situations de leurs grand-enfants, des soucis des plus jeunes.
Elles ont apprécié leur vie professionnelle ou la vivent encore.
Elles vivent une vie de famille traditionnelle faite de rencontres familiales intergénérationnelles parfois empreintes d’incompréhensions, de clashs mais vécues comme indispensables à leur vie. 
Le lien mère-fille ou mère-fils est très fort.
Je vis profondément cette  relation avec  ma fille et  d’autant plus qu’elle a été douloureusement interrompue. C’est à sa demande que je vis ces journées aux Cabanes que j’apprécie, qui me font réfléchir sur moi-même tout en partageant fraternellement d’autres récits de vie qui m’enrichissent.
Ce long chemin de quatre-vingts années  ponctué de peines, de joies, d’espoirs, d’incertitudes du moment présent se poursuit. Je souhaite qu’il se déroule encore sereinement selon un temps raisonnable. Je crois à l’aide, au réconfort de mes proches, au sentiment ténu qui me lie à eux pour m’y aider.” 

                                                                                                                                     Huguette.

                                                                                                            Soulac-sur-mer, décembre 2021.

Vous pouvez également découvrir

Sarcophage

Elle dit : "Dans le sarcophage, quelque part, la petite I. est morte." De ce que nous voyons, elle s'apprête à faire...

Rejoignez notre liste privée

"Le Courrier des Cabanes"

Ainsi, je vous écrirai de temps en temps de nos nouvelles.
A des moments importants, où chacun pourra se sentir concerné par l’activité ici.

Sylvie

Vous êtes inscris. A très vite